salir


salir

salir [ salir ] v. tr. <conjug. : 2>
XIIe; de sale
Rendre sale, plus sale.
1Altérer la netteté, la pureté de (qqch.) par un contact répugnant ou enlaidissant. barbouiller, crotter, éclabousser, graisser, maculer, noircir, poisser, souiller, tacher; fam. dégueulasser, saloper. Il a sali sa chemise. « De hautes cheminées crachant de la suie, salissant cette campagne » (Zola). Se salir les mains (I, A). Pronom. Se salir en tombant. (Pass.) Cette couleur se salit facilement ( salissant) .
2(XVIIe) Fig. Abaisser moralement. Salir l'imagination. « Les promiscuités de la caserne [...] me salissaient l'idée de l'amour » (Romains).
Avilir par une tache morale. déshonorer, diffamer, 2. flétrir. Salir la réputation de qqn. Salir injustement qqn. baver (sur), calomnier. Pronom. « je ne puis pas estimer un homme qui se salit sciemment pour une somme d'argent » (Balzac).
⊗ CONTR. Laver, nettoyer.

salir verbe transitif (de sale) Rendre quelque chose sale : Les enfants ont sali le parquet. Tous ces déchets salissent les eaux du lac. Calomnier quelqu'un, porter atteinte à sa réputation : Un scandale qui salit un homme politique. Faire paraître, rendre impur, malsain, malhonnête, sordide, ce qui ne l'était pas : Avec vos insinuations, vous salissez leur amitié.salir (expressions) verbe transitif (de sale) Salir son lit, ses draps, les souiller d'excréments. ● salir (synonymes) verbe transitif (de sale) Rendre quelque chose sale
Synonymes :
Calomnier quelqu'un, porter atteinte à sa réputation
Synonymes :
- déshonorer
- flétrir
Faire paraître, rendre impur, malsain, malhonnête, sordide, ce qui ne...
Synonymes :
- dénigrer
salir verbe intransitif Être salissant : Métier qui salit.

salir
v. tr.
d1./d Rendre sale; souiller, maculer. Syn. (Québec) beurrer.
d2./d Fig. Salir la réputation, la mémoire de qqn, y porter atteinte en la diffamant.
|| Avilir.
v. Pron. Il s'est sali dans ce scandale.

⇒SALIR, verbe trans.
A. — 1. Rendre sale; altérer la netteté, la pureté de quelque chose par un contact avec une matière qui tache, qui souille. Synon. littér. souiller.
a) Qqc.1 salit qqc.2 Des brumes laineuses et diffuses salissaient çà et là le ciel comme des épluchures d'une fourrure noire (HUGO, Rhin, 1842, p. 362). La pluie gâte les moissons. (...) la boue salit tout (ALAIN, Propos, 1936, p. 85). De longues traînées blanches salissaient les glaces. Daniel pensa: « Les vitres pleurent » (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 79).
Au passif. Le pont était sali par des écales de noix, des bouts de cigares, des pelures de poires, des détritus de charcuterie apportée dans du papier (FLAUB., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 7). La couleur de leurs robes salies seulement de taches de vin étonnait entre les blouses cassées des métiers rudes (HAMP, Marée, 1908, p. 56).
♦ [Ce qui est sali désigne une partie du corps] Tout à l'entrée, une fontaine émaillée verte et bleue, pour le lavage des mains salies par le maniement du crayon (GONCOURT, Journal, 1874, p. 1015). Elle lui (...) essuyait la figure, ne pouvant le tolérer ainsi, sali de sueur, de terre et de poudre (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 336).
Empl. pronom. à sens passif. On avait dès le principe accoutumé « la petite » à ne pas toucher au journal de peur qu'il pût se perdre ou se salir (VERLAINE, Œuvres compl., t. 4, L. Leclercq, 1886, p. 100). Aussi évitent-ils [les peintres décorateurs] autant que faire se peut les ciels dégorgés qui nécessitent l'emploi de teintes claires, et qui se salissent au moindre accident (MOYNET, Machinerie théâtr., 1893, p. 68).
b) Qqn salit qqc.2 (avec, de, par, etc., qqc.1). Salir ses souliers, ses vêtements. Mon beau salon! où je ne vais jamais moi-même pour ne pas le salir! (MAUROIS, Sil. Bramble, 1918, p. 111):
... elle savait (...) les secrets de la propreté de chacun, les dessous des voisines qui traversaient la rue en jupes de soie, le nombre de bas, de mouchoirs, de chemises qu'on salissait par semaine...
ZOLA, Assommoir, 1877, p. 508.
[L'obj. désigne une pers., ses vêtements ou une partie du corps] Quand les deux enfants, avec leurs bottines crottées, salissaient ses jambes et couvraient ses flancs de boue, il [le garçon de seize ans] ne paraissait y prêter nulle attention (CHAMPFL., Avent. Mlle Mariette, 1853, p. 284).
Empl. pronom. réfl. dir. Les gants ont du bon, cher maître: on touche à tout sans se salir (ZOLA, Curée, 1872, p. 527). Faites attention de ne pas vous salir à la porte, car, rapport aux serrures, je l'ai faite « induire » d'huile (PROUST, Sodome, 1922, p. 765).
Empl. pronom. réfl. indir. Se salir les mains. Loc. verb. fig., vieilli, fam. Se salir le nez. S'enivrer. (Dict. XIXe et XXe s.).
En partic.
♦ Souiller par des déjections, des excréments. Salir ses draps, son lit. [P. anal.] Le petit chat est bien élevé, de mœurs convenables, n'ayant jamais sali la chambre (CHAMPFL., Avent. Mlle Mariette, 1853, p. 250). Force est de le laisser en liberté [un étourneau] dans la pièce, où il salit tout; toutes les dix minutes il laisse tomber n'importe où une petite crotte liquide et corrosive (GIDE, Journal, 1914, p. 424).
Loc. verb., littér., fam. Salir du papier. Écrire rapidement et abondamment des choses sans grande valeur; p. ext., écrire. Synon. barbouiller du papier. Je griffonne toujours, je salis beaucoup de papier, et je n'avance guère (BALZAC, Lettres Étr., t. 1, 1839, p. 528).
SYNT. Salir un costume, un manteau, une robe; salir des chaussures; salir des assiettes, la vaisselle; salir des meubles, le parquet, le plancher; salir du linge.
2. a) Qqc.1 salit qqc.2
Donner un aspect malpropre; altérer la netteté, l'uniformité par des éléments sales qui se surajoutent. Elle était avec une fille grande et mince, la figure fade, toute salie de taches de rousseur (ZOLA, E. Rougon, 1876, p. 249). Cette chambre (...) s'éclairait par une fenêtre à tabatière vitrée de vitres verdâtres, cassées en plusieurs endroits, raccommodées avec du papier, poudreuses, et qui salissaient le ciel (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 109).
En partic., empl. pronom. Le temps se salit. Le temps se gâte. Synon. le temps se barbouille (v. barbouiller). Le temps, tout d'un coup, avait commencé à se salir vers le sud (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 106).
Nuire à la beauté, à l'homogénéité d'un ensemble. Synon. défigurer, déparer, enlaidir, gâter. Le Colisée par exemple m'a semblé quelque chose de crâne, quoique ce soit violemment sali par des autels, des croix, etc.; les martyrs se sont bien vengés (FLAUB., Corresp., 1851, p. 137). La place nous apparaissait comme une aire bien battue, que salissait en son milieu (...) la mairie toute neuve, et qui plastronnait devant l'église (GENEVOIX, Nuits de guerre, 1917, p. 21).
b) PEINT. Salir une couleur. Rompre l'éclat d'une couleur, la ternir par un mélange. [Le suj. désigne une pers.] La loi des complémentaires une fois connue, avec quelle sûreté va procéder le peintre (...). Je suppose qu'il faille rabattre dans son tableau un vermillon criard, l'artiste, (...) au lieu de salir au hasard ce vermillon (...), l'abaissera par une addition de bleu (Ch. BLANC, Gramm. arts dessin, 1876, p. 565). Empl. pronom. réciproque. [Le suj. désigne une couleur] Les couleurs par le mélange se salissent et se neutralisent (HOURTICQ, Hist. art, Fr., 1914, p. 428).
B. — Au fig.
1. Rendre méprisable, abaisser.
a) Qqc.1 salit qqc.2/qqn. Car ç'a été ma préoccupation unique et constante (...) tout accepter pour cela, même des hontes qui aux yeux du monde finiront bien par me salir moi-même (A. DAUDET, Rois en exil, 1879, p. 317). De monstrueux drames salissaient les foyers, culbutaient à l'égout les pères, les mères et les enfants. On mentait, on volait, on tuait (ZOLA, Travail, t. 1, 1901, p. 168).
b) Qqn1 salit qqc.2/qqn2 (avec, de, par, etc., qqc.1). Les faits, en passant par la bouche de cette servante, étaient salis et dénaturés, comme vous pouvez penser (SAND, Jacques, 1834, p. 275). Faut veiller à ce qu'on ne pille pas. Tout à l'heure j'ai vu un type qui se servait dans un entrepôt (...). Antonio, (...) tu n'auras qu'à faire des rondes quand on aura fini. Il ne faut pas qu'ils nous la salissent, notre révolution (CAMUS, Révolte Asturies, 1936, II, 2, p. 414).
Empl. pronom. réfl. Il y a de certaines femmes qui ressemblent au ruban de la Légion d'honneur. On n'en veut plus parce qu'elles se sont salies à de certains hommes (BAUDEL., Cœur nu, 1867, p. 653).
En partic. Porter atteinte à l'honneur, à la réputation d'une personne en la diffamant. Salir qqn, la réputation de qqn. Je l'ai beaucoup aimée, beaucoup admirée. Ensuite elle m'a fait du mal, et puis elle est morte. Je ne veux pas la salir, et surtout à vos yeux (MAUROIS, Climats, 1928, p. 237). La besogne de la presse semblait être de salir Salvat, afin de dégrader en sa personne l'anarchie (ZOLA, Paris, t. 2, 1897, p. 75).
Empl. pronom. réfl. Je ne puis pas estimer un homme qui se salit sciemment pour une somme d'argent quelle qu'elle soit (BALZAC, Mme Firmiani, 1832, p. 375). Il est riche, estimé, on ne lui demande pas compte de la manière dont il a pu acquérir sa fortune. — Dites-le moi tout de même. — Eh bien, que veux-tu? On ne devient pas riche sans se salir un peu. Il avait fait la traite des nègres (RENAN, Souv. enf., 1883, p. 121).
2. Souiller par des idées, des images ou des actes obscènes.
a) Qqc.1 salit qqc.2/qqn. L'on me défend tout ce qu'il y a d'horrible et d'amusant. On prétend que cela salit l'imagination d'une jeune personne (MÉRIMÉE, Jaquerie, 1828, p. 319). Il a des expressions qui salissent l'âme, et des regards qui gênent une femme comme si on lui enlevait sa robe (BALZAC, Goriot, 1835, p. 207).
b) Qqn1 salit qqc.2/qqn2 (avec, de, par, etc., qqc.1). Cette carcasse d'oncle (...) avait quelque part une innocence en chambre, de la chair en bouton, qu'il salissait de ses anciens vices (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 191). Il éprouvait un mélange de pitié paternelle et de plaisir vicieux à aider un vieillard à salir une gamine (DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 80).
Empl. pronom. réfl. indir. Il s'en retourna sombre, absorbé, ayant soif des plaisirs des sens et rêvant de choses idéales, se salissant le cerveau dans la création fictive de grossières voluptés (REIDER, Mlle Vallantin, 1862, p. 100). Parmi les jeunes Français internés dans des collèges (...), combien participaient à cette luxure, et les autres se salissaient l'imagination en la repoussant! (BOURGET, Crime am., 1886, p. 38).
Prononc. et Orth.:[], (il) salit [sali]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1260 intrans. « devenir sale » (ETIENNE BOILEAU, Métiers, 218 ds T.-L.); b) XIIIe ou XIVe s. [ms.] trans. « rendre sale » (MARIE DE FRANCE, Fables, éd. K. Warnke, 86, var. du v. 13 [ms. BN fr. 19152]); 2. fig. a) 1631 pronom. (GUEZ DE BALZAC, Prince, p. 127); b) 1663 trans. (MOLIÈRE, Critique de l'École des femmes, sc. 3 ds Œuvres, éd. E. Despois, t. 3, p. 322). Dér. de sale; dés. -ir. Fréq. abs. littér.:835. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 647, b) 1 562; XXe s.: a) 1 858, b) 1 042.
DÉR. 1. Salisseur, -euse, subst. et adj., rare. a) (Personne) qui salit, qui souille quelque chose. (Dict. XXe s.). b) Au fig. (Personne) qui salit moralement. Pourquoi de cette vue tire-t-il le droit de tout rabaisser? Car il est salisseur (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1909, p. 311). C'est un cochon, votre ami [Zola], mon cher Daudet, un barbouilleur de crotte, un salisseur de la beauté féminine (L. DAUDET, Qd vivait mon père, 1940, p. 34). [P. méton.] En voyant entrer son hôte, il eut son mauvais rire, son rire insultant et salisseur (ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 251). Pas une pensée, pas une étincelle humaine. Rien que des instincts grossiers, salisseurs (GENEVOIX, Mains vides, 1928, p. 168). [], fém. [-ø:z]. 1res attest. a) subst. 1886 fig. « celui qui salit, souille quelque chose » (BLOY, Désesp., p. 246: salisseur d'âmes), b) adj. 1901 fig. « qui salit » (ZOLA, loc. cit.); de salir, suff. -eur2. 2. Salisson, subst. masc., fam., rare. Petite fille malpropre. Synon. souillon. Ça fait ton affaire, ce salisson devient une folle maîtresse (QUENEAU, Enf. du limon, 1938, p. 93). []. Att. ds Ac. 1694-1878. 1re attest. 1585 [éd.] « femme sale » (CHOLIÈRES, Les Neuf Matinees, p. 182 ds GDF. Compl.); de salir, suff. -on1.

salir [saliʀ] v. tr.
ÉTYM. XIIe; de sale.
Rendre sale, plus sale.
1 Altérer la netteté, la pureté de (qqch.) par un contact plus ou moins répugnant ( Saleté) ou enlaidissant. Abîmer, barbouiller, crotter, éclabousser, embouer (vx), encrasser, gâter, graisser, 1. mâchurer, maculer, noircir, poisser, souiller, tacher. || Salir ses vêtements, un morceau d'étoffe (→ Haillon, cit. 2), ses manchettes, son col de chemise. || Cet enfant salit tout.Spécialt. Souiller par ses déjections. || Salir ses draps, son lit (→ Arriéré, cit. 4).Salir les tapis, les parquets. || Salir les assiettes, la vaisselle (en mangeant). → Quintessence, cit. 3. || Les mouches ont sali cette glace. Jaunir.Usine qui salit l'eau d'une rivière. Contaminer, polluer.Salir ses doigts.Se salir les mains (au sens propre); au fig., travailler de ses mains (→ Fricoter, cit. 2).
1 (…) elle savait (…) les secrets de la propreté de chacun (…) le nombre de bas, de mouchoirs, de chemises qu'on salissait par semaine (…)
Zola, l'Assommoir, V, t. I, p. 181.
2 (…) de hautes cheminées crachant de la suie, salissant cette campagne ravagée de faubourg industriel.
Zola, Germinal, II, II.
3 Comme tu tiens à ta pureté, mon petit gars ! Comme tu as peur de te salir les mains (…) Moi j'ai les mains sales. Jusqu'aux coudes. Je les ai plongées dans la merde et dans le sang. Et puis après ? Est-ce que tu t'imagines qu'on peut gouverner innocemment ?
Sartre, les Mains sales, V, 3.
Par ext.Salir du papier : écrire.
(Sujet n. de la chose qui salit). || Chose qui salit les doigts (→ Incident, cit. 4; et aussi escale, cit. 1).
2 (XVIIe, Guez de Balzac). Fig. Abaisser moralement. || La vénalité qui salit le poète (→ Boue, cit. 10).Spécialt. « Souiller par des idées, des images obscènes » (Littré). || Salir l'imagination.
4 Les promiscuités de la caserne, l'ordure des propos de chambrée, la préoccupation bestiale de tous ces mâles pour l'accouplement, me salissaient l'idée de l'amour, y mêlaient une odeur de sueur, de suint, de rigolade, d'excrément, de sottise.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, VII, p. 71.
Avilir par une tache morale. Déshonorer, diffamer, flétrir (→ Minimiser, cit. 2; réquisitoire, cit. 4). || Salir injustement qqn. Baver (sur), calomnier (→ Couvrir de boue). || Salir la réputation de qqn.
——————
se salir v. pron.
ÉTYM. (1690).
(Au sens concret). || Se salir en tombant.Fig. Faire une chose nuisible à sa réputation, s'avilir. Embourber (s').
5 (…) je ne puis pas estimer un homme qui se salit sciemment pour une somme d'argent quelle qu'elle soit. Cent sous volés au jeu, ou six fois cent mille francs dus à une tromperie légale, déshonorent également un homme.
Balzac, Madame Firmiani, Pl., t. I, p. 1043.
6 (…) je voyais encore (…) les petites filles nattées, en robes trop courtes et bas noirs, jouer sans se salir, pour une fois, sur la boue durcie des trottoirs dont les flaques se sont séchées.
Michel Butor, l'Emploi du temps, p. 102.
——————
sali, ie p. p. adj.
7 Dans un hall sombre, deux hommes demi-nus jetaient des pelletées de charbon sur un brasier aveuglant, puis reculaient vers la porte d'entrée, la face salie et mouillée de sueur (…)
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 495.
CONTR. Astiquer, blanchir, cirer, curer, désinfecter, essuyer, laver, nettoyer, purifier.
DÉR. Salissant, salissement, salisseur, salisson, salissure.
COMP. Insalissable. — Resalir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • salir — verbo intransitivo,prnl. 1. Pasar (una persona, un animal o una cosa) de [la parte de dentro a la de fuera de un lugar]: Salí a la terraza. Los niños salieron de l cine muy temprano. He engordado y este anillo no sale. Este tornillo …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • salir — salir, salir de estampida expr. salir rápidamente. ❙ «Sin parar motores ni decir ni mu salieron de estampida a la vez...» B. Pérez Aranda et al., La ex siempre llama dos veces. ❙ «...la miro otro ratito más y salgo de estampida.» C. Pérez… …   Diccionario del Argot "El Sohez"

  • salir — (Del lat. salīre, saltar, brotar). 1. intr. Pasar de dentro a fuera. U. t. c. prnl.) 2. Partir de un lugar a otro. Tal día salieron los reyes de Madrid para Barcelona. 3. Desembarazarse, librarse de algún lugar estrecho, peligroso o molesto. 4.… …   Diccionario de la lengua española

  • Salir — Saltar a navegación, búsqueda Salir Freguesia de Portugal …   Wikipedia Español

  • salir — Salir. v. a. Rendre sale. Salir son linge. prenez garde de salir ce plancher. salir ses mains. cet enfant salit ses habits. Il se dit aussi au neutre passif. Cette couleur se salit plustost qu une autre. les estoffes blanches se salissent bien… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • salir — es el modelo de su conjugación. Infinitivo: Gerundio: Participio: salir saliendo salido     Indicativo   presente imperfecto pretérito futuro condicional yo tú él, ella, Ud. nosotros vosotros ellos, ellas, Uds. salgo sales sale salimos salís… …   Wordreference Spanish Conjugations Dictionary

  • salir — salir(se) 1. ‘Pasar de dentro a fuera’. Verbo irregular: v. conjugación modelo (→ apéndice 1, n.º 52). El imperativo singular es sal (tú) y salí (vos), y no ⊕ sale. 2. Cuando significa ‘costar una cosa una determinada cantidad’, el complemento… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • SALIR — (Del lat. salire, saltar.) ► verbo intransitivo/ pronominal 1 Pasar de dentro a fuera: ■ salgo a tomar el aire; sal de la habitación. ANTÓNIMO entrar 2 Sacar una cosa del lugar en que se encuentra o en que está encajada: ■ el cajón se ha… …   Enciclopedia Universal

  • salir — (Del lat. salire, saltar.) ► verbo intransitivo/ pronominal 1 Pasar de dentro a fuera: ■ salgo a tomar el aire; sal de la habitación. ANTÓNIMO entrar 2 Sacar una cosa del lugar en que se encuentra o en que está encajada: ■ el cajón se ha… …   Enciclopedia Universal

  • salir — 1. salir a pasarlo bien; divertirse; festejar en la noche; cf. carretear, salir de farra, salir de tomatera; ¿salgamos el viernes, Mónica? , ya no salgo nunca; como que me chanté , mi marido no quiere salir conmigo; es más fome el huevón 2.… …   Diccionario de chileno actual


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.